Parcours Métier Masseur.euse

Ce parcours donne lieu dès la fin du premier cycle « Masseur.se Biodynamique I » à un processus de certification et aboutit au titre de Masseur.se Biodynamique, éligible à l’agrément FFMBE (Fédération Française de Massage Bien Etre). Il ouvre également sur un approfondissement et une consolidation des acquis avec une spécialisation, « Masseur.se Biodynamique II ».

Le premier cycle, « Masseur.se Biodynamique I », incluant le stage « Toucher conscient et massage biodynamique » de 4 jours (prérequis à la formation), correspond à un minimum de 200 heures de formation d’enseignement théorique et pratique, soit 28 jours de formation échelonnés sur une année, 90 heures de pratiques individuelles et au moins 10 heures de supervision. Il donne accès à des sessions d’entraînement entre stagiaires et à des temps d’échange autour de lectures fondatrices.

Le deuxième cycle, « Masseur.se Biodynamique II », est une spécialisation qui correspond à 18 jours de formation échelonnés sur  une année, 90 heures de pratique individuelle et des temps de supervision. Un écrit de fin de formation sera exigé pour valider cette spécialisation.

Ce parcours métier est dirigé par Fanny Bonnier : la contacter pour toute question.

Pour s’inscrire à ce parcours, 1 entretien avec Fanny est nécessaire, il finalise et valide votre admission.

LE MASSAGE BIODYNAMIQUE

Le massage biodynamique provient d’une des approches psychocorporelles majeures du 20ème siècle qui s’est appuyée sur une vision holistique de l’être et qui a révélé la pertinence de travailler directement avec la dimension organique dans le traitement des névroses.

A l’origine de la psychologie biodynamique, Gerda Boyesen, une psychologue clinicienne norvégienne d’obédience Freudienne et physiothérapeute. Chercheuse passionnée par son métier, elle a développé des techniques de massage visant à soutenir les capacités d’autorégulation et de digestion émotionnelle du corps.

Le massage biodynamique soutient fondamentalement les ressources vitales de chaque personne pour l’accompagner vers un mieux-être, en respectant à la fois la singularité et tous les aspects de son être, corporel, psychique, énergétique et spirituel.

Il sait donc s’adapter à tous les publics, agit en douceur de la surface à la profondeur dans une gestuelle privilégiant les mouvements circulaires lents et réguliers. Il se pratique de préférence au sol et sans huile, mais aussi sur table, et parfois même debout ou assis.

La posture du masseur ou de la masseuse nécessite une écoute sensible de la demande, des besoins et des réactions organiques pour pouvoir suivre chacun au plus près de son bien-être et de sa capacité naturelle de régénération.

Ainsi, la personne massée, en étant accueillie telle qu’elle est, sera invitée à intégrer des processus émotionnels non résolus pour pouvoir retrouver sa pleine capacité de pulsation.

Dans cette dynamique, le massage seul s’avère pleinement suffisant ou peut révéler dans certains cas la nécessité d’un accompagnement thérapeutique.